L'édition des 10 ans 

Pour célébrer les dix ans de la Maison Salvan – centre d’art municipal de la ville de Labège –, une édition spéciale est conçue : au lecteur d’opérer son commissariat en collant sur des vues d’expositions, vierges, des stickers sur lesquels figurent des œuvres exposées lors de la dernière décennie. Un texte de Paul de Sorbier, responsable du centre d’art, retrace l’histoire du projet et aborde la relation avec les artistes invités. Cette édition permet ainsi d’écrire à plusieurs la mémoire récente de la Maison Salvan.

Conception de l’ouvrage : Paul de Sorbier, Yann Febvre, avec la complicité de Renaud Dardel, Christine Camares, Elodie Vidotto, Yohann Gozard.
Graphisme, réalisation : Yann Febvre.
Impression : Parchemins du Midi/Groupe Reprint.
ISBN : 978-2-9556266-0-3 – Prix : 5,90 euros

INFRA N°5 / Drone
Stephan Ricci
2012
Impression offset
40 x 60 cm

700 ex.

 

La machine de Stephan Ricci dessine à partir de la vibration des mots, lorsqu’on raconte l’histoire d’un souvenir, lorsqu’on raconte un parcours de vie. Un micro relié à un drone sensible aux ondes et actionnant un feutre noir sur une large feuille de papier, devient le lieu de passage entre le son et le dessin. Tracer l’immatérialité des émotions, en garder la mémoire, et devenir ainsi spectateur de son propre souffle. Ce projet tente de donner une représentation du trajet mental, en passant par la machine, qui fait prothèse, au seuil de l’intime et l’estime. La temporalité du souvenir et de sa mise en mots se confond avec celle du tracé. Sur la feuille, l’épaisseur et la nervosité variable du trait, tantôt anguleux, tantôt courbé, témoigne du passage des vibrations disparues et s’affiche aux yeux de tous. La « machine sensorielle » accomplit ce que la main ne pourrait dessiner, dans une mise en abyme de l’acte créatif. Son trait est guidé par l’humain, mais reste un trait mécanique, désaffecté, répondant à un système aléatoire. Ce paradoxe conduit à questionner l’utopie du projet. Est-il réellement possible de saisir l’insaisissable ? Et si ça ne l’est pas, l’acte de passage, de transfert, n’est-il pas le véritable intérêt de l’oeuvre ? En comparant les récits graphiques de deux personnes ayant vécues ensemble la même histoire, dans les mêmes lieux, Stephan Ricci propose de questionner le rendu de ce projet et d’en poursuivre la réflexion.
Mathilde Bardou

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© www.stephanricci.com